En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
 
 
 
 
   Le Vénérable Père Marie-Antoine de Lavaur, capucin, appelé Le Saint de Toulouse (1825-1907)
  
 
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » 1. Le Lis Immaculé
    Imprimer la page...

1. Le Lis Immaculé

L'ŒUVRE ÉCRITE DU PÈRE MARIE-ANTOINE RÉÉDITÉE

"Quand ma bouche ne pourra plus parler, que ceci parle encore"
 

 liscouverture.jpgLis2-couvert.jpg



Cet ouvrage du Père Marie-Antoine, sous-titré le Manuel du Pèlerin de Lourdes, connut un énorme succès. Il est réédité aujourd'hui
en deux volumes, ses parties historique et dogmatique d'une part
(mai 2008), mystique d'autre part (mai 2009) .
Cette dernière, très riche, très actuelle à plus d'un point, présente dans un élan d'amour passionné le culte de Marie en général
et le culte de Notre-Dame de Lourdes en particulier.


La somme du volume de l'édition de 1873 faisait 356 pages, et la 3° édition en 1888, 482 pages.
Le Lis Immaculé 1° partie, de 120 pages, a privilégié le témoignage ébloui d'un contemporain, un prêtre, un fils de saint François,
qui fut aussi acteur et pionnier quand tout commençait à Lourdes avec l'humble Bernadette qu'il rencontra
et dont il recueillit les confidences. Il raconte aussi les premiers pèlerinages, les miracles,
et rapporte les récits des différents témoins-acteurs.
Ainsi la fin du récit du premier miraculé de Lourdes, le carrier Bourriette, au Père Marie-Antoine :


"Oh! la bonne sainte Vierge ! je ne savais comment lui exprimer ma reconnaissance ! Aussi, le jour même du miracle, les ouvriers carriers, mes camarades, voulurent venir avec moi à la Grotte, et pour la remercier nous avons creusé à travers ce rocher
un petit chemin plus commode.
Nous avons placé une rigole de bois à la nouvelle fontaine et nous avons fait un petit bassin pour recueillir l'eau :
elle ne coulait alors que comme le doigt, mais deux ou trois jours après elle coula comme le bras,
et elle n’a jamais cessé de couler depuis.
C’est alors qu’on commença de chanter à la Grotte et d’y faire brûler des cierges et le jour et la nuit. Tout le monde y venait,
et la police eut beau faire: quand le bon Dieu et la sainte Vierge veulent une chose, qui pourrait l’empêcher ?
Plus on voulait nous défendre de venir, plus nous venions, et quand Bernadette voyait la sainte Vierge,
il y avait plus de dix mille personnes qui l’entouraient. On venait de vingt et trente lieues”.


Le Père, s’effaçant derrière son récit, nous montre la naissance des grandes manifestations populaires dont il fut l'instigateur
(procession aux flambeaux, procession du Très Saint Sacrement, chemin de croix... ).
Il relève enfin les grandes lignes du message de la Vierge de Massabielle.



Le Lis Immaculé 2° partie, de 200 pages, éclaire avec cette simplicité chaleureuse mais didactique propre au grand missionnaire,
tous les symboles qui font de Lourdes la première cité mariale, et le culte que l'on doit à Marie
Mère de Dieu et Reine du ciel, Mère des hommes et Reine de l'univers créé.
Des mots qui pourraient
être écrits aujourd'hui. Ainsi sur la prière:

La prière est le principe vital, l’essence même de la vie spirituelle,
c’est le moyen unique donné par Dieu à l’homme pour s’unir à lui, principe et source de toute vie.
C’est pour la prière que l'homme est créé, comme l’oiseau l’est pour voler et le poisson pour nager.
La prière, en effet, lui est aussi naturelle et aussi facile. Voilà pourquoi, dès qu’il souffre, il crie Mon Dieu! Mon Dieu!
Devenons donc des passionnés de la prière. Faisons de la prière une habitude, un besoin, une nourriture de chaque instant.
Qu’elle nous soit aussi inhérente, aussi intime, aussi habituelle que la respiration et le battement de notre cœur.
Respirons sans cesse du côté du ciel, allons chercher là l’air pur et divin qui seul dilate l’âme,
en renouvelle les forces et en purifie les faiblesses.
La prière vocale est utile et sainte, mais la prière mentale, l’élévation du cœur, est la prière par excellence.
Ce n’est pas avec les lèvres qu’il faut prier, dit saint Bernard, c’est avec le cœur.



Un document passionnant à l'occasion du 150e anniversaire des Apparitions de Lourdes et de l'année Bernadette. Un témoignage
de la ferveur des premières années. Un écho de la prédication populaire à la fin du XIX° siècle.
(suite)

En vente dans les librairies religieuses ou en téléchargeant le bulletin de commande en 1.
(
cliquer ici).


Date de création : 10/05/2008 21:13
Dernière modification : 01/10/2017 12:15
Catégorie : Menu général - Son oeuvre rééditée
Page lue 1921 fois