Le Vénérable Père Marie-Antoine de Lavaur, capucin, appelé Le Saint de Toulouse (1825-1907)
  
 
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Le Prédestiné
    Imprimer la page...

Le Prédestiné

MARIE-ANTOINE DE LAVAUR

"LE PRÉDESTINÉ"

mémoires posthumes de Joseph Rocher (1929)
 

Joseph Rocher, l’auteur de ces courtes mémoires dont il laisse le manuscrit, a bien connu le P. Marie-Antoine. Le-Predestine.JPGIl est né en 1873 à Toulouse, son père, Henri Rocher était le cousin germain du Père Marie-Antoine, son grand-père Pierre ayant pour épouse Henriette, sœur de Frédéric Clergue, le père du P. Marie-Antoine.  Une partie de ces pages concerne la vie du jeune Léon accueilli chez les Rocher durant ses années au petit Séminaire de Toulouse comme demi-pensionnaire et au-delà, jusqu’à la mort de tante Henriette le 14 avril 1850, quelques mois avant son ordination le 21 septembre. Henri, son cousin et compagnon inséparable, avocat, poète, érudit, souffrit alors de leur séparation. « Ne veux-tu te reposer qu’au ciel ? lui écrit-il quelques mois après l’arrivée à Saint-Gaudens du tout nouveau vicaire. Si, au moins, tu m’initiais à tes labeurs bénis. Mais tu me délaisses, tu m’oublies peut-être, et tu sembles ignorer que loin de toi, je ne puis vivre que de tes lettres, de tes encouragements, de ton affection… » 

Joseph fait ses études aux Beaux-Arts, devient architecte en 1885. Sous un aspect assez froid et presque dur, c’était un homme de cœur qui se dévoua sans compter au Père Marie-Antoine et à ses œuvres, le grand homme vénéré de la famille était volontiers bâtisseur, et pas seulement de son grand couvent de la Côte-Pavée (N.-D. du Pech à Lavaur ou les Grottes des Espélugues à Lourdes…); de conviction aussi, et de fidélité tant à ses convictions, justement, qu’à son amour pour Marie-Amélie son épouse, Myriam étant son nom d’artiste peintre reconnue. L’amour de sa vie au-delà même du divorce qu’elle lui imposa à la mort en 1917 dans un hôpital militaire, du jeune et célèbre poète Pierre Fons emporté par la tuberculose. La vie et une foi commune l’avaient séparée de lui vivant, père du second enfant Rocher, Pierre, qu’ils avaient eu après quelques mois de folle passion dix-huit ans plus tôt, et que Joseph pardonna.

P. Marie-Antoine le Prédestiné ne signifie pas que tout était joué d’avance pour le « Saint de Toulouse ». La Sainteté se gagne plus qu’elle se mérite, puisqu’elle est grâce de Dieu. Dans la bouche de l’auteur, qui ne se pose pas en théologien, s’il faut donner un sens au mot « prédestiné », il faut aller le chercher plutôt dans un dictionnaire de la langue française que dans le catéchisme de l’Église catholique. Dans le langage courant, dès le XVIe siècle, le mot qualifie « une personne promise à un destin particulier » . Et c’est bien cela que veut montrer Joseph Rocher en rapportant ses souvenirs.

Pour la présentation, ce nouveau livre des Éditions du Pech s’inscrit dans la lignée de « Au-delà des mots » de Bernadette Bourbon, « Le P. Marie-Antoine au 1er Pèlerinage en Terre Sainte en 1882 » du P. Ernest-Marie de Beaulieu », et « Le Saint de Toulouse », mystère populaire d’Armand Praviel. Notons que cette pièce est reprise par la troupe Trucaluna qui démarre une tournée qui durera sans doute plusieurs années, à Lavaur les 1, 2 et 3 juillet 2022 et déjà programmée à Toulouse, Saint-Gaudens, Albi... Qu’il faut aller voir s’il se peut. 

Un joli livre en quadrichromie présentant 65 illustrations, pour la plupart inédites, provenant, comme le manuscrit du « Prédestiné » lui-même, du Fonds d’archives et objets divers de la famille Rocher, dont le descendant a fait donation à l’APMA, et qui a rejoint nos propres archives. Au total plus de 600 pièces originales, documents, sculptures, lettres, livres, photos, reliques, dons de familles, communautés, paroisses depuis 20 ans. Elles seront présentées par des expositions temporaires à thème au Petit Musée du P. Marie-Antoine créé à Toulouse, au cœur de la ville, depuis le 1er mars 2022 par l’APMA pour le compte du diocèse.
 

Format 15 x 20 cm, 84 pages. Présentation soignée

Prix public : 14 €. En vente dans les librairies, et par correspondance à l’APMA (3,50 € de port pour 1 ex. et plus)

 Pour commander en 41.: .../...


Catégorie : - Le Père Marie-Antoine de Lavaur, Capucin
Page lue 121 fois