Le Vénérable Père Marie-Antoine de Lavaur, capucin, appelé Le Saint de Toulouse (1825-1907)
  
 
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Poèmes et prières
    Imprimer la page...

Poèmes et prières

LE PÈRE MARIE-ANTOINE VU PAR LES ARTISTES

Les poètes

Coup de chapeau d'abord
à tous les photographes
professionnels et amateurs
qui ont su révéler
l'étincelle d'un regard
la douceur d'un sourire
et de l'amour

toujours
eyyyyy





Prière au Père Marie-Antoine
par Christian Zanella (juin 2008)

PMA-LeSaint3.jpg

Père Marie-Antoine
qui toute votre vie
avez loué Dieu
et sa Sainte Mère,
donnez-nous la joie
de les louer avec vous.
Vous qui avez servi
la Vierge Immaculée,
apprenez-nous à l'aimer
comme vous l'avez aimée.
Vous qui sur les routes,
avez enseigné aux pauvres
pécheurs le chemin du ciel,
montrez-nous ce chemin.

Père Marie-Antoine,
vous avez été le défenseur de la foi,
donnez-nous des prêtres
qui aiment Jésus et Le suivent.

Père Marie-Antoine,
gardez-nous auprès de Jésus et de Marie,
guidez-nous vers Dieu le Père.

Père Marie-Antoine,
exaucez nos prières,
priez pour nous,
protégez-nous. Amen.








Cantique en mémoire du P. Marie-Antoine
      A chanter sur l'air: "Nous voulons Dieu".

 par Suzanne Azaïs de Vergeron (1948)  
 
Viviers.jpg
1° couplet   
Nous venons en foule pieuse
A Viviers pour commémorer,
L'érection si miraculeuse,
De la Vierge du grand clocher.

Refrain
Sur son clocher, sereine,
La Vierge resplendit,
L'aube dore son front de Reine
Et son doux regard nous sourit.

2° couplet
Marchant dans sa robe de moine,
A la tête des paroissiens,
Le bon Père Marie-Antoine
Obtint le miracle divin.

3° couplet
La statue était trop pesante,
Les attelages épuisés,
Comment gravir la forte pente,
Au sommet comment arriver?

4° couplet
Dételez ces bœufs inutiles
ordonne le père inspiré,
jeunes gens, rendez-vous utiles,
tous au char, poussez et priez.

 
 
5° couplet

Prodige au chrétien, seul croyable,
on monta la côte en courant,
la Vierge, Mère incomparable,
fut légère pour ses enfants.

6° couplet
C'est ce touchant anniversaire,
qu'en ce jour nous commémorons,
venus de Navès, Labruguière,
Verdalle et tous les environs.

7° couplet
Ce passé de foi, de confiance,
qu'il revive encore aujourd'hui,
profitons de la circonstance
pour espérer, tous réunis.

8° couplet
Dans notre ciel gronde l'orage,
c'est le deuil, l'horizon est noir,
Mère à travers l'épais nuage,
Jetez-nous un rayon d'espoir.

9° couplet
Vers vous, Mère de l'Espérance,
les pieux enfants se tourneront,
vous sauverez encore la France,
les vrais français vous béniront.

Au Père Marie-Antoine
Par Sœur Marie-Luce (Février 1930)

PMA-Jeunecoupe.jpg

J’ai connu vos regards pleins d’extrême douceur
Pour tous les fronts d’enfants, Père Marie-Antoine !
Vous m’appeliez alors votre « Petite Sœur ».
Grand frère vénérable, ô séraphin moine.
Sans évangéliser Turquie ou Macédoine,
Vous étiez de nos temps le grand convertisseur.
La France avait en vous un ardent défenseur,
De la foi des aïeux son meilleur partisan.
Votre âme de soldat aimait à se donner
A Lourdes, à Toulouse on la vit rayonner.
Prophète et thaumaturge aux vertus héroïques
La foule pressentant d’éternels desseins,
En vous prêtant déjà l’auréole des saints,
Lacérait votre bure à titre de relique.







Poème pour son Jubilé
par le P. Chrysostome, capucin (2 décembre 1900)

PMA-Se769verac.jpg


Vous le connaissez bien, l'accent de cette voix,
Lieux bénis qui l'avez entendu mille fois,
Cuges, Quézac, Livron, Verdelais, La Salette,
Toulouse, Montpellier, Aix, et Marseille, et Sète,
Pics de la Sainte-Baume et de Roc-Amadour,
Provence qui croyais entendre un troubadour,
France, en un mot, qui vois constamment ce grand moine,
Allant fonder partout l'Œuvre de Saint-Antoine.

Tu peux dire son nom, grotte de Bethléem,
Où sa voix retentit comme à Jérusalem,
Et toi, Rome, où naguère il est venu voir Pierre,
Et toi, ville d'Assise où, couché sur la pierre,
Il baisait tendrement le tombeau de François
Et semblait écouter les échos d'autrefois.

Venez, vous qu'il nourrit d'un pain de Providence,
Cœurs désolés qu'il fit renaître à l'espérance,
Affligés qu'il a su consoler et charmer,
Défaillants, demi-morts, qu'il a su ranimer,
Et vous, les convertis, pécheurs de toutes sortes,
Dont il ressuscita pour Dieu les âmes mortes,
Et vous, orphelinats, hospices et couvents
Qu'il a peuplés cent fois des cœurs les plus fervents,
Chantez, aux noces d'or de cet illustre moine:
Vivez! Vivez toujours, Père Marie-Antoine.







Sur le vaisseau en route vers Jérusalem
par
le Comte de Coupigny (juin 1882)

Croix.jpg



Oh ! Vaillant franciscain, que ta voix était belle,
Quand tu nous parlais de la croix !
C’était comme un élan de trompette immortelle
Qui semblait vibrer dans ta voix.

Lorsque tu nous disais de Jésus du Calvaire
Et les combats et les douleurs,
De nos chants tout émus s’élançait la prière,
Et l’amour était dans nos cœurs.

Te souvient-il encore, lorsque ta voix vibrante
Entonnait le cantique saint,
Faisant un noble appel à notre âme bouillante,
Mettait l’épée en notre main ?

Oh ! Vaillant franciscain, le souffle de ton âme
Passait dans nos cœurs pleins d’amour.
Tu vécus avec nous, et notre âme s’enflamme
Aux accents entendus un jour !

Va porter au Midi ta parole puissante,
Appelle le peuple vers Lui.
Chante toujours sa croix de ta voix éclatante,
Sa croix qu’on méprise aujourd’hui.

Mais, souviens-toi parfois, dans la lutte terrible
Que tu vas livrer à Satan,
Souviens-toi bien de ceux qu’une main invisible
Unit un jour à ton élan.

Souviens-toi de nous tous près du Dieu tutélaire,
De ceux que sut charmer ta voix.
Ils se souviennent, eux, de leur excellent Père,
Qui parlait si bien de la croix !






L'hommage des habitants de Ceignac (près de Rodez)
au fils de saint François pour le couronnement de Notre-Dame de Ceignac



ND-Ceignac.jpg


Avec sa croix, avec son saint Rosaire,
un pauvre moine est venu les pieds nus.
Il nous a dit: "Ah! portez votre Mère,
Fils de Ceignac!" Et nous sommes venus.






Le compliment des habitants d'Auriac-sur-Vendinelle
à leurs missionnaires capucins le P. Marie-Antoine et le P. Fulgence (décembre 1862)1

                                                       
Auriac2.jpg

     

REFRAIN

         

REFRAIN

Bibo lès paourès Capucins
qu'an toutés faït bot dé misèro
per nous fa lusila lumière
què mèno al cel lès pélèrins.

Abets quittat l'oustal qué bous dounet le joun
uno maire, uno sor, un paire que bous plouro,
junès gents débonats ès arribado l'houro
oun per bostro bertut coumandats al démoun.

Mes présats las hounous, le fasté, la richesso
coumo dé pèlerins errants sur un cami;
bostro capo burèlo, uno cordo dè li,
aqui bostrè blasoun aqui bostro noublesso!

La béouso al prep de bous se calmo et se counsolo,
l'orphélin délaisset rétrobo un protectou;
la fillo què sè perd soun respect, soun hounou
et l'indigent tabes la part dé bostro obolo!

Adissiats, chers amis, Dious bous fasquè counpagno!
nostrè cor es barrat, aben la larmo à lel;
bous farran pla la ma, bous tiran lé capel.
Millo cops adissias! Dious bous fasquè counpagno!
Vivent les pauvres Capucins
qui tous ont fait vœux de misère
pour faire luire la lumière
qui mène au ciel les pèlerins.


Vous avez quitté la maison qui vous donna le jour,
une mère, une sœur, un père qui vous pleure;
jeunes gens dévoués, elle est arrivée l'heure
où par votre pouvoir vous commandez au démon!

Vous méprisez les honneurs, le faste, la richesse
comme les chemineaux errants sur les routes.
Votre robe de bure, votre corde de lin,
voilà votre blason, voilà votre noblesse.

La veuve, près de vous, s'apaise et se console,
l'orphelin délaissé retrouve un protecteur;
la fille qui se perd son respect, son honneur,
et l'indigent aussi, la part de votre obole.

Adieu, chers amis, Dieu vous accompagne!
Notre cœur est serré, nous avons la larme à l'œil,
nous vous serrons la main, vous tirons le chapeau.
Mille fois adieu. Oui, Dieu soit avec vous!
.
 
1. "Cette mission à Auriac a été vraiment la mission des miracles!
Impossible de vous peindre l'élan, le bonheur de ces populations.
Le bon Père Fulgence, qui assistait pour la première fois à une mission
   ne pouvait pas en revenir. Il pleurait de joie, depuis le premier jour, comme un enfant."
                                                                                                         (Lettres du P. Marie-Antoine à sa famille.)







Prière au Père Marie-Antoine
       par Marie-Simone et Christine (septembre 2011)       
                         
PMA-Bayonne2.jpg




Date de création : 31/03/2009 07:03
Dernière modification : 02/02/2019 21:26
Catégorie : - Le Père Marie-Antoine vu par les artistes
Page lue 2217 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !