En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
 
 
 
 
   Le Vénérable Père Marie-Antoine de Lavaur, capucin, appelé Le Saint de Toulouse (1825-1907)
  
 
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » b. Renommée de sainteté 1.Après sa mort
    Imprimer la page...

b. Renommée de sainteté 1.Après sa mort

LA CAUSE DE BÉATIFICATION DU P. MARIE-ANTOINE

Une extraordinaire renommée de sainteté jusqu'à nos jours


Obseques.jpg 

Tombe-cimetiere.jpg

1.

Après sa mort


 Le P. Marie-Antoine n’avait pas 40 ans quand les Toulousains se mirent à l’appeler « le Saint de Toulouse ». Lors de ses obsèques, ils étaient cinquante, soixante mille, par leur présence, leurs prières, par leurs silences, de tous âges, de tous milieux, à « rendre en un instant tout l’amour dont un doux religieux, qui n’avait pourtant que son froc, sa cordelière et sa croix de bois, avait brûlé pour eux ».

Après ses funérailles, dans l’humble caveau des Capucins, au cimetière de Terre-Cabade, sa tombe devint lieu de pèlerinage. A l’intérieur de la chapelle de briques toute simple, surmontée d’une croix, dans un étroit sentier de l’immense nécropole, s’entassaient les lettres, les photographies, les images, les bouquets de fleurs, qui envahissaient tout, le degré de la porte, les murailles, tous les abords. Et des ex-voto de marbre de toutes dimensions, remerciements pour des faveurs obtenues, guérisons, conversions. Il fallait les retirer pour en accueillir d’autres. Les gardiens n’étaient pas surpris d’avoir à indiquer souvent le numéro de l’allée qui conduit au P. Marie-Antoine. Pour la Toussaint, ou à l’occasion de commémorations patriotiques, beaucoup faisaient le détour par le caveau, détachant quelques fleurs de leurs gerbes, de leurs bouquets, qu’ils jetaient à travers la grille, et priant quelques instants. Celui-là, c’était un saint!

Legende-doree.jpg



Le nom du Saint de Toulouse, déjà célèbre de son vivant, franchit les limites de la France, et la presse catholique de tous les pays l’a honoré. De partout, on réclamait des reliques. En quelques jours, quarante mille de ses portraits s’envolèrent aux quatre coins du monde, photos, cartes postales, images de tout format. Des milliers d’exemplaires de sa vie furent diffusés et c’était pour tous une révélation. On découvrait ce moine capucin hors du commun. De toutes parts, on réclamait d’autres volumes, d’autres images.

 

(suite)

 

 







Date de création : 27/12/2010 17:53
Dernière modification : 06/02/2011 22:33
Catégorie : Menu général - La cause de sa béatification
Page lue 1741 fois