En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
 
 
 
 
   Le Vénérable Père Marie-Antoine de Lavaur, capucin, appelé Le Saint de Toulouse (1825-1907)
  
 
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Témoignages reçus (2007)
    Imprimer la page...

Témoignages reçus (2007)

    

TÉMOIGNAGES 3. (2007)

.

.
ALLIER

.

 

  Le Saint de Toulouse ne m’est pas inconnu, mais j’ignorais son nom. Originaire du Sud-ouest, je suis « exilée » en pleine Auvergne depuis 5 ans, sans y avoir pris racine. Son nom, je l’ai appris par un article paru dans la revue « Il est Vivant » envoyé par une Père cistercien d’Aiguebelle. Il souhaite, comme moi, que ce soit un membre de ma famille, tout en l’appelant à mon secours jour et nuit. Je ne sais rien de mes aïeux, peut-être la vie du Père peut nous apporter une information. Mon nom de baptême est Marie-Antoinette, un nom de la famille, paraît-il, mais je ne sais pas pourquoi, si ce n’est, pour moi, que je me suis mise sous la protection de Saint Antoine de Padoue, et avec le temps, j’ai ajouté à ma dévotion, entre autres, saint François d’Assise et sainte Claire (25/02/07).

  La documentation que vous m’adressez m’est très précieuse, pour alimenter ma confiance et ma sympathie à Léon Clergue, en qui je me confie en toute simplicité. Un lien de plus avec le P. Marie-Antoine : quand je suis entrée en religion en 1953, la communauté de la Sainte Famille acceptait, pour son noviciat, une expérience qui tendait à préparer une fusion avec une autre communauté qui périclitait comme tant d’autres. Ainsi j’ai eu droit à une formation religieuse en union avec les Filles de la Croix de Lavaur. Je crois qu’il y avait déjà le regard du P. Marie-Antoine et je le remercie en lui disant toute ma confiance. Je crois très fort à la communion des saints (07/03/07).
Ma surprise a été très grande, quand j’ai vu que le petit frère du P. Marie-Antoine s’appelait Célestin, comme mon papa né en 1905. La famille se reconstitue, connus et inconnus, dans la Communion des saints. Je me sens de plus en plus, sous son regard le jour, sous sa protection la nuit, comme réfugiée dans le cœur de mes parents et amis auxquels j’aime me confier… Je suis de plus en plus persuadée que le P. Marie-Antoine a été suscité pour préparer dans le Midi le règne du Cœur de Jésus et de Marie. Je suis frappée par la concordance des dates des apparitions à Fatima, par la situation dans le monde qu’il avait prévue et prédite à cent ans de distance, par le souffle de l’Esprit qui veut rappeler au monde d’aujourd’hui la place de Dieu dans une vie, dans un peuple… La démarche de votre ville, avec tous ceux qui travaillent avec vous, c’est l’appel à revenir à une vie de foi, surtout dans notre France qui a véritablement une mission évangélique pour l’Europe et pour le monde.  Je suis heureuse de me sentir dans ce sillage de vie spirituelle, dont je reçois sans aucun doute un surcroît de paix, de vitalité (dont a eu aussi besoin le Père (13/03/07).

 

 

Marie Clergue

« Mon nom de baptême est Marie-Antoinette et mon père s’appelait Célestin comme son jeune frère »

 

  Je vous écris car je voudrais promouvoir le bienheureux P. Marie-Antoine. Je m’occupe nuit et jour, mais dans la bonne humeur, de mon père Jean Paquier, 86 ans, hémiplégique. Je suis pieuse et croyante de naissance, je suis née le 25 mars 1951 à la fois jour de Pâques et de l’Annonciation. Je regrette de ne pas avoir entendu parler du P. Marie-Antoine plus tôt, je l’aurais vénéré et prié beaucoup plus tôt, c’est le saint qu’il me faut. Je le prie tous les jours maintenant, avec le chapelet. J’espère qu’il m’obtiendra la guérison de mon papa. J’espère que le P. Marie-Antoine sera béatifié en 2008 pour les 150 ans des apparitions à Lourdes. (18/08/07).

  Je veux que le P. Marie-Antoine me prenne sous sa protection ainsi que ma famille en ces périodes si perturbées. Priez pour la réconciliation de notre famille entre frère et sœurs. Vous pouvez m’envoyer des dépliants présentant la vie du P. Marie-Antoine et des images, que je donne autour de moi : hôpital, maison de retraite, chapelle, aux malades qui souffrent moralement et physiquement (28/10/07)

 

 

Marie-Dominique P.
"C'est le saint qu'il me faut"

.
ALPES-MARITIMES
.

 

  J’ignorais que le P. Marie-Antoine était venu à Nice, à Vallauris, à Cannes, aux îles de Lérins. J’avais un père spirituel capucin de la province de Clermont-Ferrand. Et quand j’ai vu votre livre, j’ai eu envie de retrouver un peu de cette spiritualité franciscaine (12/02/07)

 

 

Sandrina L.
"J'ai envie de retrouver la spiritualité franciscaine"

.
ARIÈGE
.

 

  Cette exposition du P. Marie-Antoine que j’ai découvert est bien dans le « reflet » de la parole de Dieu. Bâtisseur et amoureux des plus pauvres. Le P. Rousse bâtisseur de ce bel ensemble de Raynaude est comme lui : présent parmi nous. Le P. Mouchard qui lui a succédé et qui est resté très longtemps parmi nous était de la même trempe. Puissions-nous avec leur aide faire revivre cette foi qui doit faire bouger les montagnes chez tous les jeunes de nos contrées. Le Seigneur qu’ils ont rejoint, ne nous oublie pas ! A nous de faire germer ce blé qui ne demande qu’à éclore. Que nos enfants, petits enfant, apprennent à « le » connaître car il est au fond de leur cœur par le baptême. Merci à l’APMA pour ce bel exemple. Que nous sachions-nous toujours demander « aide » à ceux qui ont « œuvré » pour nous. (Exposition à la chapelle de l’Immaculée Conception de Raynaude 6-15/04/07)

 

Jacqueline E.
Reine M., Claudette L.

"Il est vraiment important
que vous continuiez à collecter les témoignages"


  Exposition très instructive. Rencontre avec un homme de grande foi et de totale consécration. Quel exemple ! Amitiés en Christ Ressuscité. Merci. (Exposition à la chapelle de l’Immaculée Conception de Raynaude 6-15/04/07)

 

 

Bernard P. - Pasteur
"Rencontre avec un homme de grande foi"

.
AUDE
.

 

  A Lourdes, ailleurs, à Notre Dame rue Trivalle, à Notre Dame de l’Abbaye, cette très belle exposition nous permet de connaître le P. Marie-Antoine, de goûter combien il aimait Marie ! Quel rôle fut le sien pour évangéliser le siècle où il vécut. Qu’il protège et entraîne notre Eglise du XXI° siècle. Un héros de sainteté. (Exposition à Notre-Dame de l’Abbaye de Carcassonne du 10 au 19 octobre 2007)

 

 

Sœur Marie-Paule - Ursuline
"Un héros de sainteté"

 

Je n’ai jamais eu la chance de connaître le P. Marie-Antoine. Je le prierai dès aujourd’hui (Exposition à la cathédrale de Carcassonne du 19 au 21 octobre 2007)

 

 

Antonia M.
"Je le prierai dès aujourd'hui"

.
AVEYRON
.

 

  La Messe anniversaire de sa mort a été une réussite et un grand moment de ferveur. Pour ma part, je me suis uni d’intention avec vous tous. C’était l’heure des actualités régionales et du Journal Télévisé (19-20). J’ai éteint mon poste de télévision, j’ai récité la prière pour la béatification du P. Marie-Antoine ainsi que le Rosaire. Combien sont les jeunes qui ignorent ce qu’était la confession, une retraite ou une mission… ! Par contre, je vois que beaucoup savent ce qu’est le concubinage, la bête noire du P. Marie-Antoine. Ici, il y a quelques lotissements, et très peu des couples sont mariés. (01/03/07).

 

 

Urbain S.
"Je me suis uni d'intention avec vous tous"

.
CALVADOS
.

 

  J’étais fort surpris en voyant votre livre exposé en librairie à Lisieux. Je l’ai acheté. Je suis natif de Lavaur, j’ai connu le couvent de Toulouse et prié devant la tombe du P. Marie-Antoine. Merci d’honorer la mémoire de celui que l’on a appelé le routier du Seigneur. (17/01/07)

 

 

Gérard P.
Communauté des Béatitudes
"On l'appelait le Routier du Seigneur"

.
CORRÈZE
.

 

  Le P. Marie-Antoine nous guide sur les pas de celui qui est « le Chemin, la Vérité et la Vie » (Exposition aux Grottes de Saint Antoine de Padoue à Brive du 12 au 22 juin 2007)

 

 

Marie-Hélène d'A.
"Il nous guide sur les pas de Celui qui est "le Chemin, la Vérité et la Vie"

 

.
CORSE
.

 

Un dimanche, il y a quelques années, j’ai trouvé dans un livre de chants d’une église de Bastia chez les Capucins, une vieille image de ce Père capucin et depuis, souvent, je prie afin qu’il soit béatifié. Aussi, grande a été ma joie de trouver un article le concernant dans la revue « Il est vivant ». Je commanderai le livre et m’unirai par la prière le 8 février. (07/02/07)

 

 

Mathilde C.
"J'ai trouvé une vieille image de lui
et depuis je le prie"

 

.
GARD
.

 

Le dossier pour la béatification du P. Marie-Antoine suit son bonhomme de chemin et est dans les mains du Seigneur. Nul doute que la Providence ne peut rester indifférente à l’œuvre entreprise pour mener à bien la béatification du P. Marie-Antoine en dépit des nombreuses difficultés inhérentes à ce projet et que cela peut engendrer (11/06/07)

 

 

Philippe L.
"La Providence ne peut rester indifférente à sa cause"

 

.
HAUTE-GARONNE
.

 

  Mes grands-parents, madame et monsieur Largail, furent tous deux instituteurs avant la guerre de 14-18 à Montgaillard-Lauragais, ils avaient eu l’occasion de croiser le Père et je me souviens s’en avoir souvent entendu parler à la maison. Je tiens à vous signaler qu’il fut peut-être un acteur important dans ma vie. En effet, vers l’âge de 6-7 ans, c’est-à-dire en 1936-1937, j’ai perdu l’usage de mes jambes et on était obligé de me promener en poussette et j’ai en mémoire le nombre de personnes qui, m’ayant vu galopant, me plaignaient et plaignaient aussi ma mère de cette brutale infirmité. Ma grand’mère eut alors l’idée de m’accompagner sur la tombe du Père de la Côte-Pavée. Je me souviens encore de cette expédition en suivant le bord du Canal, nous habitions alors au 41 rue Montplaisir, et la peine que ma grand’mère a eu pour me hisser vers la Côte-Pavée. Ensuite, je ne me souviens pas d’avoir vu la chapelle et la tombe du Père. Le lendemain ou le surlendemain, je retrouvais l’usage de mes jambes et je n’ai plus eu aucun problème. Est-ce hasard, coïncidence, ou manifestation du Père, je ne saurais le dire. (26/01/07)

 

 

J.-R.M.
«J’ai retrouvé l’usage de mes jambes après avoir prié sur sa tombe»

 

  Ah ! si j’avais seulement une once de sa vraie foi ! La lecture du livre biographique est claire et profondément touchante. Il est possible que je le relise au moins deux fois. Je ne pourrai être présente, ne pouvant me déplacer facilement mais par la pensée je me tiendrai près de la tombe du cher Père près de laquelle j’ai souvent prié. Soyez remercié pour tout ce que vous faites afin qu’il reste toujours présent à Toulouse et dans sa chère France qu’il aimait tant. (06/02/07).

 

 

Maria E.
"Par la pensée je me tiendrai
près de la tombe du cher Père
près de laquelle j’ai souvent prié"

 

J’espère cependant vous rejoindre à Lavaur, où nous sommes allés un samedi avec mon mari, mais sans oublier de monter au Pech, ce coin si calme semble respirer la paix. C’est toujours un grand bonheur. (12/08/07)

 


 

  Permettez-moi de vous faire part de la grâce qu’a obtenue mon arrière grand-mère par l’intercession du P. Marie-Antoine. Cela se passait en 1930 ou 31, mon arrière grand-mère, Marie Forgues avait 54 ou 55 ans. Elle était hospitalisée suite à des hémorragies constantes provoquées par un fibrome. Les médecins souhaitaient l’opérer afin de la sauver. Mon arrière grand-mère ne voulait pas, ou ne le pouvait pas faute de moyens, nous ne le savons pas. Le fait est qu’elle refusa l’opération et que mon grand-père, son gendre, la ramena chez elle où mon arrière grand-mère disait vouloir terminer sa vie sur terre. Revenue à son domicile, le prêtre de sa paroisse qui la visita lui proposa de faire une neuvaine au P. Marie-Antoine. Le prêtre lui remis une photo du P. Marie-Antoine sur laquelle on peut lire un résumé de sa vie ainsi qu’une prière pour demander sa glorification dont je vous joins la copie. Le prêtre et mon arrière grand-mère firent la neuvaine chacun de leur côté et le neuvième jour, les hémorragies cessèrent de façon soudaine. Marie F. était sauvée. Jusqu’à sa mort causée par une attaque, à l’âge de 62 ans, elle n’a plus jamais eu de problème d’hémorragie (20/02/07)

 

 

Anne-Marie D.
« Mon arrière grand-mère
sauvée d’une hémorragie après
une neuvaine au P. Marie-Antoine »


 

  Un bon livre pour le Carême. Un bon Père digne du Curé de Cucugnou d’Alphonse Daudet, mais plus mystique. Ce livre « se déguste ». (05/04/07)

 

 

Yvette B.
"Un bon Père digne du Curé de Cucugnou d’Alphonse Daudet, mais plus mystique"

 

 

  Le Saint de Toulouse s’en est allé est un monument historique retrouvé qui manquait à notre ville et à notre Eglise. Mieux que la découverte du Château Narbonnais, vous vous donnez à redécouvrir un passé très proche, hélas déjà oublié par beaucoup trop de Toulousains. En tant qu’ancien du quartier de la Côte-Pavée, vous me faites redécouvrir la dévotion de ma chère et défunte Maman qu’il m’était arrivé d’accompagner, encore enfant, auprès de la tombe du P. Marie-Antoine. Comme nous serions heureux que sa cause soit reconnue enfin par Rome ! S’il y a quelque chose à faire pour cela, à notre modeste niveau, merci de nous le dire (03/06/07)

 

 

Julien P.
"Vous me faites redécouvrir la dévotion de ma chère et défunte Maman qu’il m’était arrivé d’accompagner, encore enfant, auprès de la tombe du P. Marie-Antoine"

 

 

  Nous ne comprenons pas que le P. Marie-Antoine, cet homme extraordinaire qui a fait tant de prodiges, parcouru toute la France, visité tous ces petits villages du sud-ouest, ne soit pas béatifié et qu’il soit pratiquement tombé dans l’oubli.

Nous l’avons découvert par hasard, ou plutôt je crois qu’il nous a fait un signe. Chaque dimanche, nous allons à la messe à l’abbaye Saint-Marie-du-Désert, à Bellegarde. Frère Robert, qui nous conseille souvent dans nos lectures, nous avait dit : « Un livre passionnant vient de sortir, il a beaucoup de succès en ce moment, c’est la vie du P. Marie-Antoine, un moine capucin qui est venu ici, chez nous, à l’abbaye. »

La semaine dernière, nous sommes allés à la chapelle du couvent des Carmes rendre visite au Père et nous avons prié face à son beau visage plein de bonté et de paix. Il faut vraiment que ce livre soit lu et que le P. Marie-Antoine reprenne sa place dans une multitude de cœurs ! (29/08/07)

 

 

Daniel et Irène B.
« Je crois qu’il nous a fait un signe »

 

 

  Mes parents disaient que nous étions parents, mais de quelle façon ? N’avez-vous pas les moyens de m’éclairer. Ma mère était née Suzanne, Marie, Antoinette Souillagouët, de Marcel Casimir et Thérèse Paule Victorienne Lateulère. Il y aurait aussi une parente clarisse, dans le temps, à Lavaur ? Tout cela est très ancien. J’ai entendu parler du P. Marie-Antoine comme d’un saint, et souhaite de tout cœur que le plus grand nombre le reconnaisse comme tel. (01/10/07)

 

 

Christiane C.
« J’ai entendu parler du P. Marie-Antoine

comme d’un saint »

 

 

  Mon père, vous le savez, est aveugle. Voici ce qu’il m’a raconté. « J’avais 7 ou 8 ans, je ne me souviens plus très bien, j’accompagnais ma maman à l’archevêché de Toulouse où elle avait été convoquée pour déposer en vue de la béatification du P. Marie-Antoine. Cela concernait la guérison de son père, donc mon grand-père, Antonin, Urbain Clergue, ayant été guéri par l’intercession du P. Marie-Antoine. Mon grand-père menuisier de son état, s’était blessé à une main. Comme il était diabétique, la plaie ne guérissait pas et prenait une mauvaise tournure. Il décida donc de se rendre à Terre-Cabade sur le tombeau des Capucins où était inhumé le P. Marie-Antoine. Une conversation s’établie entre les deux, à la suite de cela il fut guéri ». La teneur de cette conversation n’a été connue que de maman. Mais cela a dû être consigné dans sa déposition. Mon grand-père étant décédé en 1915 (29/09/07)

 

 

Colette V.
« Mon grand-père menuisier,

blessé à la main et diabétique,
fut guéri après une visite sur sa tombe »

 

.
GERS
.

 

  Il a servi la voie de la Paix et de la Joie intérieure ouverte un siècle auparavant par le P. Ambroise de Lombez, capucin du 18° siècle et grand spirituel. Qu’ils aient tout deux une descendance pour continuer à annoncer ce Dieu qui s’est fait pauvre parmi les pauvres… (Exposition à la cathédrale de Lombez  30/03/07-04/04/07)

 

 

Père François D.
"Qu'ils aient une descendance pour continuer à annoncer ce Dieu qui s'est fait pauvre parmi les plus pauvres"

 

 

Merci pour le merveilleux livre Le Saint de Toulouse s’en est allé, que nous lisons à haute voix au réfectoire. Il est passionnant, d’u style très agréable et vivant, qui nous fait partager comme de l’intérieur « l’histoire de l’âme » du P. Marie-Antoine (19/07/07)

 

 

Sœur Marie-Pauline - Cistercienne
"Nous lisons à haute voix au réfectoire le merveilleux livre
Le Saint de Toulouse s'en est allé
"

 

.
ILLE-ET-VILAINE
.

 

Le P. Marie-Antoine est pour moi une découverte merveilleuse. J’ai d’ores et déjà confié l’obtention de deux grâces spéciales au P. Marie-Antoine : une pour mon ministère et l’autre pour ma santé (graves inquiétudes) (18/05/07)

 

 

Gille-François C. - Prêtre
"J’ai d’ores et déjà confié l’obtention de deux grâces spéciales
au P. Marie-Antoine"

 

.
LAVAUR
.

 

  Quelle découverte, d’un apôtre missionnaire si plein d’ardeur et de foi. Merci au Seigneur (Lors de l’exposition à Lavaur du 23/09/07 au 07/10/07)

 

 

Marie M.
"Un apôtre missionnaire plein d'ardeur et de foi"

 

 

  Digne fils de François d’Assise, le P. Marie-Antoine met le feu de l’Evangile dans le cœur de tous les Chrétiens, de ceux qui se disent chrétiens –dans le mien ! (Lors de l’exposition à Lavaur du 23/09/07 au 07/10/07)

 

 

Anny
"Il met le feu de l'Evangile
dans nos cœurs"

 

 

  Père Marie-Antoine, veuillez prier pour nous, pour nos familles, nos jeunes et leur avenir. Faites que chacun de nous ait la santé de l’âme et du corps, la paix en nous, chez nous et partout, que nous nous retrouvions tous ensemble dans votre Paradis. Priez aussi pour nos défunts, que nous soyons de plus en plus unis par la Communion des Saints… Avec vous, avec l’aide de nos Saints élus, continuons à marcher à votre suite. Restons unis par la prière en Dieu. (Lors de l’exposition à Lavaur du 23/09/07 au 07/10/07)

 

 

Marthe J.
"Donnez-nous la paix en nous, chez nous et partout"

 

 

  Père Marie-Antoine, suscitez chez les jeunes d’aujourd’hui des vocations, le monde aurait besoin aujourd’hui de prédicateurs comme vous l’étiez. Espérons qu’un jour prochain, l’Eglise vous honore comme saint (Lors de l’exposition à Lavaur du 23/09/07 au 07/10/07)

 

 

Eugénie
"Le monde aurait besoin aujourd’hui
de prédicateurs comme il l'était"

 

 

  Très belle exposition qui m’a appris beaucoup sur la vie du P. Marie-Antoine que j’ai connu grâce à mes grands-parents. Merci (Lors de l’exposition à Lavaur du 23/09/07 au 07/10/07)

 

 

Jean
"Je l'ai connu grâce à mes grands-parents"

 

 

  Très belle exposition! Je forme le vœu que cette exposition une fois ses pérégrinations terminées, rejoigne Saint-Alain, la paroisse de ses parents (Lors de l’exposition à Lavaur du 23/09/07 au 07/10/07)

 

 

Jean I.
"Je forme le vœu que l'exposition rejoigne la cathédrale Saint-Alain, paroisse de ses parents"

 

.
LOIRE-ATLANTIQUE
.

 

  Lors de notre séjour annuel à Lourdes, l’été prochain, nous ne manquerons pas de marcher sur les traces du P. Marie-Antoine aux Espélugues, au Pech et dans votre bonne ville de Toulouse… grâce à votre livre qui a vraiment ensoleillé notre été. Merci pour votre courage (09/09/07)

 

 

Olivier B.
"Nous ne manquerons pas de marcher

sur les traces du P. Marie-Antoine

aux Espélugues, au Pech et

dans votre bonne ville de Toulouse"

 

.
OISE
.

 

  J’ai lu vos propos recueillis par Luc Adrian dans « Famille Chrétienne ». Ils m’ont beaucoup touchée, en particulier quand vous parlez de la catastrophe d’AZF à Toulouse, avançant que la plupart des Toulousains ont estimé que le nombre des victimes a été miraculeusement limité. Ils ont trouvé en moi une étonnante résonance : vous le comprendrez en lisant le témoignage qui va suivre. Je suis épouse de militaire, perpétuellement itinérante, mère de trois enfants et professeur des Ecoles publiques depuis 1999, où j’ai commencé une seconde carrière. En septembre 2001, me voilà affectée dans un poste difficile d’un collège de ZEP à 800 mètres d’AZF. Le 21/09/2001, à 10h.17, AZF explose, le collège est au trois quart détruit : nous sortons hagards, en sang (éclats de verre)… mais pas de morts. La classe des enfants trisomiques d’UPI a été détruite, par chance ils étaient en récréation. Les petits du primaire aussi ! Quant aux bébés de la crèche de Papus, on les dit « miraculés »… Mes élèves et moi-même, nous avons fui le collège et nous avons trouvé refuge contre une mamie marocaine : tout le monde priait vers… « la Mecque » dans une nuit de boue, de cris, de sang, irrespirable… J’ai été huit mois en accident du travail : choc traumatique intense. 2002, je fais une trêve à la « Catho », je suis des cours de théologie, philo, exégèse… Je suis très vite attirée vers le « 33 avenue Jean Rieux » (NDRL : adresse du couvent capucin fondé par le P. Marie-Antoine), où les Carmes me donnent une direction spirituelle de qualité. A la Catho, on me demande de témoigner sur « Vivre en temps de crise ». Je compose un petit poème où je parle de mon « espérance ». On peut y lire des signes tangibles de la providence divine : les coïncidences n’existent pas dans son dessein. L’original a été laissé au couvent des Carmes, près du tombeau du saint capucin…, en action de grâce, fin 2002… Nos chemins se croisent donc là, après cette explosion, dans les ombres bienveillantes de Notre-Dame du Mont Carmel et du Saint de Toulouse. (22/08/07)

 

 

Florence B.-D.
"Les miraculés de la catastrophe d'AZF"

 

.
PARIS
.

 

Depuis quelque temps j’ai entre les mains le merveilleux ouvrage : le Saint de Toulouse s’en est allé… avec le sentiment que le P. Marie-Antoine revient ! Il revient remplir à nouveau sa mission auprès des hommes du XXI° siècle. Le P. Marie-Antoine est un « familier » dont j’ai toujours entendu parler à la maison puisque ma mère était née Amilhau. Aujourd’hui, ma dévotion n’en est que plus fidèle et missionnaire sous le regard de l’abbé Joseph Périlié, mon parrain. (25/08/07)

 

 

Anne S.
"Le P. Marie-Antoine est un « familier »

dont j’ai toujours entendu parler à la maison"

 

.
PYRÉNÉES-ATLANTIQUES
.

 

Ma fille aînée tomba malade, une maladie qui l’emporta au bout de quelques années de souffrances et de chagrin. Lorsque j’étais ébranlée et atteinte au plus profond de mon cœur, une amie me conseilla d’aller sur la tombe du P. Marie-Antoine. Je fus reçue dans ce couvent simple et austère, par le Frère portier, le Fr. Guy, avec beaucoup de gentillesse et de compassion. En pénétrant dans la chapelle et en me recueillant sur la tombe du P. Marie-Antoine, je ressentis une fraîcheur surnaturelle, un calme et une paix, une sérénité et une force nouvelle. J’habitais encore à Toulouse, et pus y retourner régulièrement, de nouveau j’avais retrouvé la foi dans mes valeurs spirituelles de base. J’allais tous les dimanches à la Messe, où le P. Simon prêchait courtement mais merveilleusement. J’eus donc la force de supporter avec courage l’épreuve de la mort de ma fille grâce à cette foi retrouvée. Depuis, je suis partie, à regret, de Toulouse. Les meilleurs moments de ma vie, je les avais passés dans cette église, près de la tombe de notre cher Marie-Antoine. J’ai amené pas mal de monde dans cet endroit béni et je pense que ces personnes, que j’ai perdues de vue, en ont tiré des grâces, mais cela est leur histoire. Je pense que le P. Marie-Antoine est un grand saint, qu’il faut canoniser (27/02/07).

J’ai fini le livre. C’est un livre immense, tant spirituellement qu’historiquement. L’une de mes amies a une vénération pour le P. Marie-Antoine car il a guéri son petit garçon de 5 ans qui était perdu (péritonite). Elle a prié toute la nuit le P. Marie-Antoine, et le petit s’est soudainement assis en criant « Cocorico ! ». Je lui ai demandé de nous écrire son témoignage (30/05/07)

 

 

Gabrielle R.
« Sa maman a prié le P. Marie-Antoine toute la nuit, il a guéri son fils perdu,

une péritonite »

 

.
HAUTES-PYRÉNÉES
.

 

  Le P. Marie-Antoine est un personnage dont mon père, de Lavaur, avait parlé durant mon enfance et conservé une relique contenant un fragment de son cercueil. Ma grand’mère paternelle, née Marie Marguerite Périlié était le cousine germaine de l’abbé Joseph Périlé que j’ai connu lors de mes séjours à Lavaur où nous rendions visite à sa famille, sa mère et sa sœur Suzanne, de même qu’à une autre cousine Amilhau. L’abbé Périlié, titulaire des grandes orgues de Saint-Alain, musicien comme ses parents, m’a permis de l’entendre jouer du Bach à la grande messe du dimanche et parfois lors de cérémonies où la cathédrale se remplissait pour l’écouter. J’ai retrouvé dans le livre des sermons de mon grand-oncle chanoine, Jérôme Sicard, le compte-rendu d’une mission effectuée à Viviers par le P. Marie-Antoine (15/01/07)

 

 

Claude S.
"J’ai retrouvé dans le livre des sermons de mon grand-oncle chanoine, Jérôme Sicard, le compte-rendu
d’une mission effectuée à Viviers par le P. Marie-Antoine"

 

 

 J’ai été très impressionné par votre livre et vos recherches personnelles sur le Serviteur de Dieu, le P. Marie-Antoine ; Votre livre arrive en son temps. Le P. Marie-Antoine, mort en odeur de sainteté, dans le respect et la dignité d’un homme de Dieu, commençait à être un peu oublié et négligé par la société et la génération toulousaine d’aujourd’hui. Que la volonté de Dieu s’accomplisse. Fasse votre travail réveiller les âmes, et les belles âmes, qu’elles se dévouent pour lui et recourent à son intercession. Amen (08/03/07)

 

 

Elie-Robert C.
"Votre livre arrive en son temps"

 

 

  Dans mon jeune temps, j’avais déjà lu un petit opuscule du P. Ernest-Marie de Beaulieu sur ce capucin dont le couvent qu’il créa se trouve dans le quartier de la Côte-Pavée où habitait mes parents. Dans les dernières lignes de ce livret, le Père de Beaulieu mettait déjà tous ses espoirs dans la reconnaissance, par l’Eglise, de la sainteté de ce Père, c’était en 1946 ! Puisse votre livre faire avancer sa cause ! Croyez que nos prières vous accompagnent dans cette espérance ! Je ne saurais trop comparer le P. Marie-Antoine à notre saint aïeul familial Benoît Joseph Labre. Il y a chez l’un comme chez l’autre ce don total de leur vie à Dieu dans la transmission du message christique aux hommes. Leurs actes, leurs paroles, leur cheminement intérieur en portent témoignage. En post-scriptum : Je ne puis relater ici, par le détail, un « fait » arrivé à un de nos amis intimes au sein même de l’église de Saint-Gaudens alors qu’il était seul à prier dans la nef. C’est grâce à votre livre offert à sa femme qu’il a appris tout récemment l’identité du personnage qui lui est apparu voilà peu d’années (19/08/07)

 

Gisèle et Alain G.
"Le Père de Beaulieu mettait déjà
tous ses espoirs
dans la reconnaissance, par l’Eglise,
 de la sainteté de ce Père,
c’était en 1946 ! "

 

.
PYRÉNÉES ORIENTALES
.

 

  Je connais le P. Marie-Antoine depuis 1946. Que de grâces obtenues par son intercession, il veille sur nos enfants, notre fille Véronique, et notre fils Antoine-Marie !!! et sur nos petits-enfants. (28/02/07)

 

 

Monique P.-B.
"Que de grâces obtenues par son intercession"

 

.
HAUT-RHIN
.

 

  Par les Capucins, nous avons reçu votre courrier concernant la neuvaine de nos Sœurs de Toulouse et nous nous réjouissons de cette communion dans la prière que vous encouragez. Le souvenir du Père Marie-Antoine est resté vivant aussi pour notre Communauté. Nos Aînées se souviennent en avoir abondamment entendu parler par leurs Aînées… à Marseille ! (En  effet, c'est  la Communauté des Clarisses Capucines de Marseille qui a été transférée à Sigolsheim …) A la suite de la lecture de votre livre, nous avions programmé nous aussi plusieurs neuvaines au Père Marie-Antoine durant cette année 2007 : du 1er au 9 des mois de Mars, Mai, Juillet, Septembre et Novembre, pour l'avenir du monastère,  et en particulier pour demander des vocations. S'il vous plaît de vous joindre à nous et d'étendre votre prière, je crois  que le Père Marie-Antoine ne sera pas fâché d'être plus largement sollicité ! Nous ne doutons pas qu'il saura y répondre, à la manière de notre Père du ciel en qui nous mettons notre  confiance, et avec l'aide de Marie, qui est  patronne de notre Monastère.. (01/03/07)

 

 

Sœur Marie-Catherine - Clarisse
"Nos ainées se souviennent"

 

 

.
ROME
.

 

  Je veux vous dire ma gratitude pour votre remarquable ouvrage sur l’étonnante personnalité du « saint de Toulouse », le P. Marie-Antoine de Lavaur. Vous donnez de découvrir une belle figure de l’Ordre des Capucins, pauvre parmi les pauvres et les malheureux, qui a traversé une époque complexe, parfois dramatique, et donne le témoignage toujours actuel d’une vie transformée par la foi en l’Evangile et débordante d’amour pour le prochain (04/01/07)

 

 

P. Paul Poupard - Cardinal
"L'étonnante personnalité
du Saint de Toulouse"

 

.
SUISSE
.

 

  Je suis une petite tertiaire franciscaine. Mouvement franciscain laïque. J’aime tellement ce bon Père qui aime tant le Tiers-Ordre. Il en a tellement parlé. Ici, nos réunions sont supprimées, le Mouvement chrétien des Retraités, on ne sent pas assez ce bon souffle franciscain. Sa dévotion à Notre Dame de Lourdes, à Saint Bernadette qu’il a connue, sa dévotion dans les pèlerinages en Terre Sainte, ses nombreuses prédications, c’est l’étoffe d’un grand saint. Je le prie beaucoup. Je suis unie petitement à votre très bel apostolat, pour faire connaître et aimer notre Saint de Toulouse. Je veux rester en union de prières avec vous et avec l’association (03/06/07).

 J’ai beaucoup prié le P. Marie-Antoine pour ma santé : deux hospitalisations, maison de repos aussi. Les résultats sont bons d’après les docteurs. C’est un vrai miracle pour moi. Je suis engagée dans ma paroisse avec un mandat de l’évêché. Je vous confie ma santé pour que je tienne le coup dans mes responsabilités paroissiales et pour toutes es intentions. (10/09/07).

 Je veux vous confier que je vais de temps en temps à San Damiano. Notre bon Père Marie-Antoine aimait beaucoup les pèlerinages, je crois qu’au ciel, il est tout content si je m’y rends. Je le prie beaucoup dans la journée pour mon apostolat sacristine, de temps en temps aussi auxiliaire de l’Eucharistie. Je vous confie toutes mes intentions de prière. Maman Rosa qui faisait partie du Tiers-Ordre de Saint-François, doit aussi nous donner un coup de main pour avancer la cause de notre très cher Père Marie-Antoine. C’est dans le cœur du P. Marie-Antoine que je dis « Vive la France », comme il avait l’habitude de le dire. Cette Fille aînée de l’Église passe des moments de douleurs (16/10/07)

 

 

Lucette B.
"Il me donne beaucoup de courage
 dans mes épreuves,
le P. Marie-Antoine"

 

.
TARN
.

 

  Il y a un mieux certain pour la santé de Marie-Pierre (handicapée de naissance et souffrant au fil des ans et des maladies, terriblement, de maux qui s’ajoutent  à ses épreuves : voir ses témoignages des 15/07/06 et 23/11/06. L’association, depuis un an prie pour Marie-Pierre et va continuer à le faire), puisque l’encarre dont elle souffrait depuis la canicule de 2003 s’est cicatrisée, bien qu’encore très fragile. Son gros problème reste une infection due à deux microbes qu’elle a toujours dans l’abdomen et qui sont devenus résistants à tous les traitements, et qui nécessite une évacuation par une poche extérieure. Encore merci pour vos prières et pour votre action. Nous prions pour vous. (20/05/07)

 

 

Huguette C.
"Il y a un mieux certain dans la santé
 de Marie-Pierre"

 

 

  Votre livre, c’est très simple, très beau, très pur. L’époque que vécut « le Saint de Toulouse », proche finalement, nous paraît bien lointaine et pourtant.. C’est une belle leçon de vie que nous donne le Père, et qui nous interpelle en nos temps complexes et troublés. Un exemple à méditer et à admirer. Merci. (10/04/07)

 

 

Jacqueline S.
"Une belle leçon de vie que nous donne le Père, et qui nous interpelle en nos temps complexes et troublés"

 

 

  Votre livre m’a aidée tout au long du séjour en réanimation de mon fils Jacques 47 ans, handicapé, qui est mort fin août à la clinique de l’Union. En union de prière et merci pour ce que vous faites pour la cause du P. Marie-Antoine (19/09/07)

 

 

Annie C.
"Merci pour ce que vous faites pour la cause du P. Marie-Antoine"

 

 

  Si je vous écris aujourd’hui, c’est pour vous faire part d’une grâce obtenue par l’intercession du P. Marie-Antoine. Maman nous a quittés ce 28 octobre d’une septicémie qui n’a duré que quelques heures. Elle a eu la mort qu’elle avait toujours souhaitée, ne coûter à personne, mourir chez elle, et rapidement : tout cela, elle l’a eu, et, malgré notre grande douleur, mes sœurs et moi nous nous sentons apaisées. Merci. (22/11/07)

 

 

Rosette E.
"Je veux vous faire part d'une grâce obtenue"

 

 

  Merci, Père Marie-Antoine pour tout ce que tu nous a laissé. Mais je te recommande ma famille en cette nuit de Noël. Place-là au pied de la crèche, que Jésus la bénisse et lui donne l’amour, la santé et le retour vers lui (Exposition à Albi du 19/12/07 au 05/01/08)

 

 

André
"Merci, Père Marie-Antoine pour tout ce que tu nous as laissé"

 

.
TARN-ET-GARONNE
.

 

  J’ai le grand plaisir de vous envoyer la photo d’une sculpture du saint homme réalisée par mon grand-père Pierre Suberviolle vers 1960. Toute sa vie il eût une grande vénération pour lui, il était son arrière-petit-neveu et se rappelait bien avoir été sur ses genoux au début du siècle dernier quand il était tout petit garçon. Mon grand-père, qui a vécu de 1896 à 1964, était vétérinaire à Montauban. A la fin de sa vie il a réalisé une quinzaine de sculptures dont plusieurs d’inspiration religieuse comme un magnifique Christ gisant. Notre parenté s’établit du côté des Clergue (09/02/07)

 

 

Dominique L.
"Toute sa vie mon grand-père
eût une grande vénération pour lui"

 

 

  Merci infiniment… pour tout ce que vous faites. Du haut du ciel, le P. Marie-Antoine vous le rendra au centuple (27/04/07)

 

 

P. André P.
"Le P. Marie-Antoine vous le rendra
au centuple"

 

 

  « Vos péchés, ne vous en inquiétez pas, je les mets dans ma capuche et je vais les vider dans le Tarn ». Du P. Marie-Antoine, à Reynies (Exposition à Montauban 03/11/07-12/11/07)

 

 

Non signé

 

  Le Père Marie-Antoine, été l'ami de ma mère qui habitait rue du Chant du Merle, rue qui se trouve à droite en descendant l'avenue Jean Rieux. Je connais très bien la chapelle du bon père, je me suis recueilli sur sa tombe. J'ai demandé qu'il intervienne il y a quelques 25 ans environs, qu'il m'aide à lutter contre la boisson. Oui mes lèvres ont frôlées le froid de son tombeau. J'ai même une image, avec un fragment de son cercueil. J'ai même un livre de Messe acheté à la chapelle dans les années 50. Priez pour moi et pour mémé et papa F. Merci (06/10/2007).

  Je vous confirme que c’est grâce au P. Marie-Antoine que j’ai été guéri de l’alcool en 69/70. Et peut-être maintenant d’un mal de jambe. Que le P. Marie-Antoine prie pour nous (02/12/07)


 

Jacques R.
« C’est grâce au P. Marie-Antoine

que j’ai été guéri de l’alcool »

 

.
TOULOUSE
.

 

  Je viens de refermer avec une pointe de nostalgie la dernière page de « la saga du Saint de Toulouse ». C’est avec un doux plaisir que, chaque matin, chaque soir, je me plongeais dans la lecture de quelques pages de votre ouvrage. Le style est limpide, le voyage au travers de l’histoire passionnant. (19/01/07)

 

 

Michelle T.
"La saga du Saint de Toulouse est passionnante"

 

 

  Les jeunes générations ont oublié le P. Marie-Antoine. Il représente pourtant près d’un siècle de l’histoire de Toulouse. Mais Dieu aussi est oublié trop souvent. Y croit-on vraiment encore ? (Exposition à St-Jérôme 29/01/07-10/02/07)

 

 

Signature illisible
"Il représente près d'un siècle de l'histoire de Toulouse"

 

 

  Quelle figure ! Une vie de sainteté comme on les aime. Et dire que c’est à la portée de tous ! On peut toujours rêver, et pourtant ! (Exposition à St-Jérôme 29/01/07-10/02/07)

 

 

Signature illisible
"Et dire qu'une vie de sainteté est  à la portée de tous!"

 

 

  Que la grâce de ce Saint Frère nous aide à accomplir notre propre vocation de témoin du Christ en ce monde qui a tant besoin de sa révélation. (Exposition à St-Jérôme 29/01/07-10/02/07)

 

 

F. Séraphin - Capucin
"Qu'il nous aide à accomplir notre propre vocation de témoin du Christ"

 

 

  J’ai longtemps et souvent prié sur la tombe du P. Marie-Antoine pour ma guérison psychique et physique. Je rends grâce à Dieu pour tout ce que j’ai eu par son intercession. Je bénis le Seigneur pour ce qu’il m’a donné à travers le P. Marie-Antoine. (Exposition à St-Jérôme 29/01/07-10/02/07)

 

 

Armelle
"Je rends grâce à Dieu pour tout ce que j’ai eu par son intercession"

 

 

  Le monde a besoin de saints toujours et encore, pour nous tirer vers le haut. (Exposition à St-Jérôme 29/01/07-10/02/07)

 

 

Xavier
"Le monde a besoin de saints pour être tiré vers le haut"

 

 

  Père bien-aimé, merci de ta luminosité. Je prie. (Exposition à St-Jérôme 29/01/07-10/02/07)

 

 

Michèle
"Je prie"

 

  Découverte exceptionnelle du Saint toulousain. Merci. (Exposition à St-Jérôme 29/01/07-10/02/07)

 

 

José de T.
"Merci"

 

  Dans cette époque si noire, cela fait du bien de rencontrer des « lumières » dans nos vies. Merci. (Exposition à St-Jérôme 29/01/07-10/02/07)

 

 

Geneviève
"Cela fait du bien de rencontrer des « lumières » dans nos vies"

 

 

Quelle joie d’entendre parler du P. Marie-Antoine, que les Toulousains connaissent, ce grand bâtisseur, ce grand prédicateur… (Exposition à St-Jérôme 29/01/07-10/02/07)

 

 

Père J.G - Capucin
"Ce grand bâtisseur, ce grand prédicateur"

 

 

  Merci à l’Association de ne pas laisser dans l’ombre le souvenir de ce grand homme et notre saint protecteur de Toulouse. (Exposition à St-Jérôme 29/01/07-10/02/07)

 

 

Une religieuse
"Notre saint protecteur de Toulouse"

 

 

Intéressée puis passionnée. Retrouvant les souvenirs évoqués par mon père. Merci de continuer à faire vivre le P. Marie-Antoine pour les Toulousains, et pour tous. (Exposition à St-Jérôme 29/01/07-10/02/07)

 

 

Signature illisible
"Je retrouve les souvenirs évoqués par mon père"

 

 

  Mes parents m’en ont beaucoup parlé et l’on prie. Merci. (Exposition à St-Jérôme 29/01/07-10/02/07)

 



 

Claire R.
"On prie. Merci"

 

 

 Le P. Marie-Antoine nous a interpelle par sa foi et  son énergie (Exposition à St-Jérôme 29/01/07-10/02/07)

 

 

D.D.
"Il nous a interpelle par sa foi et  son énergie"

 

 

Je viens de découvrir l’œuvre du P. Marie-Antoine. Je suis très étonné par son parcours et conforté dans l’idée que rien ne se perd, aucun acte ou pensée. Cela m’encourage à travailler pour le bien de tous : même une toute petite chose réalisée dans un bon esprit laisse une trace. Merci. (Exposition à St-Jérôme 29/01/07-10/02/07)

 

 

Anonyme
"Cela me conforte dans l’idée que rien ne se perd,
aucun acte ou pensée"

 

 

  Quel saint ! J’en suis profondément touché. On aurait besoin de ce saint homme en ce moment difficile. Il ferait beaucoup pour tout et ferait changer le cœur de nombreuses personnes. J’attends maintenant un livre des prières du P. Marie-Antoine. (Exposition à St-Jérôme 29/01/07-10/02/07)

 

 

Anonyme
"On aurait besoin de ce saint homme
 en ce moment difficile"

 

 

  J’ai assisté à l’office du 8 février marquant le centenaire de la mort du P. Marie-Antoine. J’ai été frappé par le nombre des assistants, en moyenne âgée, mais également avec des jeunes très fervents. L’influence du P. Marie-Antoine paraît donc être encore réelle un siècle après sa mort. La dernière personne de ma famille l’ayant connu est décédée en 1952. Il s’agissait d’une sœur de ma grand-mère. J’avais 13 ans à l’époque et dans sa chambre, il y avait les photographies (un peu « lithographiques ») de la fameuse tante et du P. Marie-Antoine, réputés parents par alliance. (14/02/07)

 

 

Dr Jean D.
"L’influence du P. Marie-Antoine
paraît  être encore réelle un siècle après sa mort"

 

 

  Père Marie-Antoine, daigne intercéder et aider ma famille, et donne beaucoup d’amour à tous les couples. Ainsi qu’aux ménages fragilisés, et aide les jeunes à fonder des foyers chrétiens. Prie pour la France et sauve-là . (Exposition à l’église Saint-Joseph 14-23/03/07)

 

 

Georgette
"Père Marie-Antoine, donne
beaucoup d’amour à tous les couples"

 

 

  Des personnes originaires du Laus et de la Salette, désireuses de garder l’anonymat, m’ont confirmé que les sermons et les homélies qu’a prononcé le P. Marie-Antoine sur ces lieux sont remplis de « messages très particuliers »… voire prophétiques. (17/03/07)

 

 

Jacques C.
"Ses sermons et  homélies sont remplis

de « messages très particuliers »…

voire prophétiques"

 

 

  J’ai moi-même été capucin de l’âge de 18 ans à 26 ans. J’ai eu l’occasion de fréquenter notamment le P. Bernardin qui avait été toute sa vie missionnaire en Ethiopie où il avait été percepteur du Négus Haïlé Sélassié, où il avait connu Rimbaud etc. Il m’avait expliqué que le P. Marie-Antoine avait prédit à sa mère, un an avant sa naissance, qu’elle aurait un fils, qu’elle l’appellerait François « et il sera capucin comme moi » avait-il conclu. Ce fut le cas, elle eut un fils, l’appela François et il devint plus tard capucin sous le nom de P. Bernardin (18/03/07)

 

 

Bernard A.
Le P. Marie-Antoine avait prédit
à sa mère qu’elle aurait un fils,
qu’elle l’appellerait François
« et il sera capucin comme moi "

 

 

  La lecture de votre livre a attiré mon attention sur le rôle de son supérieur qui a compris qu’il fallait lui laisser une grande liberté de mouvement. C’est ce supérieur qu’il faudrait canoniser car il est rare de trouver une telle ouverture d’esprit au sein de la vie religieuse ! (30/03/07, quelques semaines avant la mort de ce prêtre)

 

 

P. Gérard Dessole - Prêtre
"C’est son supérieur qu’il faudrait canoniser:

il est rare de trouver une telle ouverture d’esprit

au sein de la vie religieuse"

 

 

  C’est un père capucin né à Lavaur en 1825, qui a fondé le couvent de la Côte-Pavée. On vient de célébrer le centenaire de sa mort. Il s’est beaucoup impliqué pour les plus pauvres, une sorte d’Abbé Pierre avant l’Abbé Pierre. Au point qu’on le surnomme parfois « le Saint de Toulouse ». ! A sa mort le 8 février 1907, les Toulousains ont été très touchés puisqu’il y avait plus de 50.000 personnes à ses obsèques ! Mon grand-père avait sa statue en plâtre près de lui, je la garde moi aussi sur mon bureau. (03/04/07)

 

 

François-Régis G.
"Il s’est beaucoup impliqué pour les plus pauvres, une sorte d’Abbé Pierre avant l’Abbé Pierre"

 

 

  Quelle grande âme, quel bel hommage. Cet enfant de Dieu me fait penser à l’abbé Pierre ((Exposition à la basilique Saint-Sernin 15-29/05/07)

 

 

Daniel G.
"Cet enfant de Dieu me fait penser à l’abbé Pierre"

 

 

  Je me permets de vous transmettre une anecdote familiale qui illustre une affection et une dévotion du vivant du saint homme. La nièce de mon époux défunt était Marie M. demeurant à Toulouse au 13 place Mage avec sa nombreuse famille (née en 1898, morte en 1972). Elle est entrée au couvent à Sainte Scholastique, près de Dourgne (Tarn), et a pris lors de sa profession monastique le nom de Révérende Mère Marie-Antoinette en l’honneur du P. Marie-Antoine. Ce choix fut fait par Madame l’abbesse Mère Marie Cronier, fondatrice de l’abbaye bénédictine (20/11/07)

 

 

Mme Guy F.
"Notre nièce a pris lors de sa profession monastique

le nom de RévérendeMère Marie-Antoinette

en l’honneur du P. Marie-Antoine"

 

.
VAR
.

 

  Dés que l’on aperçoit sa photo, on est touché et on ne l’oublie pas. Merci d’être venus ici le conduire. Il est entré chez nous (Exposition à la cathédrale de Toulon du 7 au 17 décembre 2007)

 

 

 G.S.
"Il est entré chez nous"

 

 

  Merci au P. Marie-Antoine de « rendre visite » au département de son saint protecteur, saint Louis d’Anjou, l’autre « Saint de Toulouse » (Exposition à la cathédrale de Toulon du 7 au 17 décembre 2007)

 

 

A.M.
"Ici, il rend visite à l'autre "saint de Toulouse",

saint Louis d'Anjou"

 

 

  Père Marie-Antoine, protégez notre Fraternité des Petites Sœurs de Saint François. Un grand merci pour ma vocation (Exposition à la cathédrale de Toulon du 7 au 17 décembre 2007)

 

 

M.A. - Petite Sœur de Saint François
"Un grand merci pour ma vocation"

 

 

  Père Marie-Antoine, fais du bruit, ne t’arrête pas (Exposition à la cathédrale de Toulon du 7 au 17 décembre 2007)

 

 

Michèle
"Fais du bruit, ne t'arrête pas"

 

 

  Père Marie-Antoine, je prie pour la santé de Martine atteinte d’un cancer grave qui ne veut pas régresser. Et pour tous les autres malades graves, connus ou inconnus. Père Marie-Antoine, rendez-nous la paix dans la famille, la joie et le bonheur de se retrouver sans arrière-pensée. Aidez-nous, j’ai confiance en vous. Délivrez Patrice des souffrances qu’il endure (Exposition à la cathédrale de Toulon du 7 au 17 décembre 2007)

 

 

A.M.
"Aidez-nous, j'ai confiance en vous"

 

.
VIENNE
.

 

  Avec vous, P. Marie-Antoine, je dis « oui » à Dieu en Jésus-Christ dans l’Esprit Saint. Être davantage à vous, car entièrement à Lui. Toujours chercheur de Dieu pour faire de ma vie une Eucharistie. Puisque nous sommes « le sel de la terre » (Exposition à l’église de Ligugé du 22 au 29 juin 2007)

 

 

Un prêtre
"Être davantage à vous,

car entièrement à Lui"

 

 

  L’esprit franciscain est toujours vivant dans l’Eglise. Comme curé de paroisse, je me réjouis de la diversité des enfants de Dieu (Exposition à l’église de Ligugé du 22 au 29 juin 2007)

 

 

J.L. - Curé de paroisse
"Je me réjouis de la diversité
des enfants de Dieu"

 

 

 Je suis née à Lavaur et j’ai prié le P. Marie-Antoine enfant au Pech avec les enfants du catéchisme. C’était en 1942… (Exposition à l’église de Ligugé du 22 au 29 juin 2007)

 

 

J.-M.N.
"J’ai prié le P. Marie-Antoine enfant au Pech avec les enfants du catéchisme"

 

 

  Le P. Marie-Antoine illumine notre route. Merci de me l’avoir fait connaître, comme à d’autres. (Exposition à la cathédrale de Poitiers du 29 juin au 8 juillet 2007)

 

 

F. de D.
"Merci de me l’avoir fait connaître"

 

 

  Merci de nous avoir fait découvrir ce saint Marie-Antoine qui est passé par Poitiers et a remis à l’honneur le culte de Saint Antoine de Padoue, et surtout qui a évangélisé ici. Il nous faut le prier ardemment pour nos missions actuelles de ré évangélisation. (Exposition à la cathédrale de Poitiers du 29 juin au 8 juillet 2007)

 

 

Signature illisible
"Il nous faut le prier ardemment
pour nos missions actuelles de ré évangélisation"

 

 


Date de création : 10/05/2008 20:13
Dernière modification : 11/04/2020 03:18
Catégorie : - Témoignages
Page lue 3091 fois